Des bâtiments gourmands en énergie

Les piscines sont les bâtiments les plus énergivores qui échappent cependant aux réglementations thermiques. Leurs dépenses énergétiques ne sont pas couvertes par le prix des entrées des utilisateurs. La différence étant payée (dans le cas des piscines publiques) par la municipalité et donc les impôts locaux.

L’enjeu pour les piscines est donc de réduire à la fois l’impact sur l’environnement mais également l’impact financier en limitant leur besoin et leurs dépenses énergétiques.

Comment réduire les coûts ?

Plusieurs axes sont nécessaires: l’isolation, l’étanchéité à l’air, la réduction des chloramines (qui passe par la propreté des baigneurs et entraine une sur consommation d’eau), la limitation de l’évaporation, l’utilisation des énergies renouvelables…

L’exemple du chauffage de l’eau des bassins

Avec une eau de bassin chauffée autour des 27°C et une halle à 28°C, une piscine olympique (sur une hypothèse de 25 x 50 x 2m) nécessite à l’année un besoin d’environ 700 MWh, uniquement pour le maintien du bassin à température !

HELIOPAC dispose d’une gamme de pompe à chaleur développée pour l’univers des piscines. Une pompe à chaleur de 50kW associée à 150 m² de capteurs solaires basse température, apporte en moyenne 350 MWh/an d’ENR. Pour cette piscine olympique, l’installation de 2 pompes à chaleur permettrait la couverture de l’ordre de 70% par les ENR de l’énergie nécessaire au maintien en température du bassin.

Avec une pertinence toute particulière avec la solution heliopacsystem+®, qui en complément de cette couverture énergétique par les ENR sur le bassin, permet une autoconsommation totale de la production d’électricité par les PAC.

Retrouvez notre solution de chauffage de piscine

Dans les centres aquatiques, en complément des apports en ENR sur l’eau de baignade, une optimisation est également possible sur l’eau chaude sanitaire des douches avec les pompes à chaleur haute température HELIOPAC.